Loading...
Repos éternel 2017-08-14T14:03:32+00:00

Je crois que le chagrin est intérieur alors que le deuil est public.

Poète, soldat et médecin, John McCrae a prodigué des soins à des milliers de victimes au sein de l’Hôpital général canadien en France. Épuisé, il succomba à une pneumonie en 1918. Il fut enterré près de l’hôpital où il a travaillé de façon dévouée à sauver la vie de soldats de toutes les nations.

Après la mort d’un bon ami, McCrae a écrit ces mots qui sont maintenant célèbres : « Nous ne trouverons pas le repos, bien que les coquelicots fleurissent dans les champs de Flandres. » Ce message de chagrin personnel fut rendu public pour la première fois dans le magazine Punch, en 1915. Son poème a survécu à travers le symbole de commémoration qu’est devenu le coquelicot.

– Viveka Melki

Appuyez sur les images ci-dessous pour afficher le contenu:

Cristal optique

« Au lendemain d’une bataille, deux médecins s’occupent des blessés pendant que les coquelicots flottent et disparaissent dans le ciel nocturne. »
– Mark Raynes Roberts

Mémoire olfactive

« L’odeur énigmatique de la mort. Ferreuse, âpre, lourde, que l’encens ne peut masquer. Le silence est envahissant. »
– Alexandra Bachand

John McCrae (1872-1918)

« John McCrae est un des combattants de la Première Guerre mondiale qui nécessite le moins de présentation. Sa paternité du poème de 1915 « In Flanders Fields » l’a rendu célèbre tout au long de sa vie. Son évocation de la guerre est l’un des poèmes les plus connus et récités en anglais. Le poème a fait du coquelicot le symbole solennel et, chaque année, il est porté par ceux qui désirent honorer la mémoire des soldats canadiens. »
– Alexander Reford

Lire la suite

Lettre de Cantlie

Conservation
Voir la lettre